IMG_6591 (1024x683)

La patience selon Ruben Indongo

 

Blessé lors du marathon de Paris en avril dernier, Ruben Indongo doit se soigner avant d’envisager de nouvelles courses. Une situation délicate pour l’athlète du Team Terre de Running, qui ne perd pas espoir pour autant.

La carrière d’un athlète de haut-niveau n’est pas faite que de courses, d’entraînement, de podiums ou d’échecs. Elle est aussi faite de petits bobos, de blessures plus sérieuses, de visites à répétitions chez les médecins, kinés, podologues ou ostéopathes. Encore et encore…

Depuis le début avril et son abandon au 28e km du marathon de Paris, Ruben est en plein dedans. « C’est une blessure au genoux, au niveau de la rotule. Je me suis arrêté complètement pendant deux mois, et là je suis encore une phase de reprise : je me contente de footings de 45 minutes, un jour sur deux. Je ressens encore des douleurs. Mon activité de coureur actuellement, c’est surtout rééducation, étirement et renforcement » explique le légionnaire français originaire de Namibie.

 

ruben

« Je peux revenir vite en forme »

Et comme souvent dans ces cas là, la première blessure en entraîne une seconde… une épine calcanéenne dans le cas de Ruben. Mais le champion de France de marathon en 2013 reste confiant : « La dernière fois que j’ai eu une épine calcanéenne, ça n’a duré que deux semaines. Je garde le moral car je sais que je peux revenir vite en forme. Ca m’est déjà arrivé. Je sais que je suis capable de réaliser 31 ou 32 mn sur 10 km sans aucune séance de fractionné ».

Parrain des 10 km de l’Horloge à Lyon en Septembre, Ruben garde quelques objectifs en ligne de mire, même si c’est aussi son genou qui dictera sa date de reprise. « Je voulais faire les qualifications pour les Mondiaux de semi-marathon à l’occasion du semi de Lille début septembre. Mais on est déjà fin juillet, alors j’ai quelques doutes… sinon ce sera sur une autre course ».

Le Caporal-Chef de la légion à Aubagne conserve ce cap des Mondiaux de semi en Angleterre, en mars 2016. « Je mets de côté le marathon pour voir s’il y a des progrès au niveau santé, donc ce sera plus des 10 km ou des semi pour moi sur les prochains mois. Je me dis que j’avais été arrêté aussi l’an passé, et en seulement trois semaines de préparation, j’avais couru le 10 km de Nice en 29’25 ». Il faut positiver. Sur les prochaines semaines, Ruben va aussi pouvoir profiter de ses 15 jours de vacances, et peut-être partir en stage, à Font-Romeu ou en Espagne. Histoire de bien de se remettre, et de quitter les salles d’attentes des cabinets médicaux pour retrouver les pistes et les routes.

 

Propos recueillis par David Jehanno